N

Notre note ?

09/20

Il était une fois...

L'histoire de la salle dans les grandes lignes

Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine. Ici, nous attend une mission de la plus haute importance : notre équipe est convoquée pour résoudre un conflit en pleine guerre civile intersidérale. A bord de vaisseaux spatiaux opérant dans une base cachée, des rebels ont eu vent de la création d’une arme galactique. De la taille d’une planète, cet engin de destruction est l’oeuvre du machiavélique Empereur Pedro.

Les espions sont formels, nous n’avons que 60 minutes pour trouver l’arme et la désamorcer sinon, ce n’est pas que la Terre qui risque d’être détruite mais bien l’univers tout entier. La survie de la galaxie se retrouve ainsi entre nos mains. C’est avec force et courage que nous devons mettre un terme aux menaces ennemies, sans pour autant se faire repérer. Que la force soit avec nous !

Résumé de notre périple

Notre expérience en quelques mots

C’est équipés de nos gilets pare-balles laser que nous nous dirigeons vers l’entrée de notre vaisseau spatial, avides de combats intergalactiques. L’espion à l’origine de notre mission a malheureusement contracté une pathologie cosmique et ne pourra donc pas se joindre à notre large équipe de 10 rebels. La quête ne repose ainsi que sur nos épaules. Si la mission semble, d’entrée de jeu, trépidante, le décor, lui, n’est pas à la hauteur de la promesse. La première salle, censée représenter une navette spatiale, n’est autre qu’une pièce carrée dont le décor est uniquement composé d’éléments en plastique peu attrayants couronnés d’un plafond de tissu noir.

Sur le papier, cet escape game est conçu pour accueillir jusqu’à 12 personnes. Dans les faits, nous nous marchons dessus dès notre arrivée, notamment pour trouver la lumière. L’actionnement de cette dernière nécessitera d’ailleurs un rebel à plein temps qui passera toute la première partie de l’aventure le doigt sur le mécanisme. En ce qui concerne les énigmes, elles sont conçues en silo. Cette construction très linéaire du jeu ne permet pas d’exploiter tous les membres du groupe en même temps. Les casse-têtes n’occupent très souvent que deux ou trois personnes en simultanée, laissant le reste des rebels sur le carreau…

L’observation prend ainsi le pas sur l’action. Mais là encore, tout n’est qu’illusion. En effet, l’observation est remplacée par une volonté de distraire et de perdre le joueur au sein d’un labyrinthe trompeur. Ainsi, dans toutes les salles on trouve énormément d’objets dont la plus grande majorité est inutile. Leur seul but ? Occuper les membres de l’équipe qui n’ont pas la chance de s’atteler aux mécanismes par manque de place. Malheureusement, quand la confusion n’est pas bien dosée, elle prend le pas sur le plaisir de jouer et laisse même parfois un goût amer en bouche. En effet, certains éléments du décors auraient pu créer des énigmes plus jouissives que celles rencontrées au cours du jeu, c’est dommage.

L’aventure est monitorée par un game master qui, lui aussi, est dans l’observation ou la confusion, certainement perdu dans une galaxie lointaine. L’aide est quasi inexistante et nous devons attendre d’approcher la fin du timing pour avoir un semblant d’indice. Certaines énigmes ne pouvant pas être résolues sans l’aide du game master, nous perdons en fluidité et en entrain. Plus le temps passe et plus l’expérience devient frustrante tant l’impression d’être invisibles se fait ressentir. On notera aussi que l’énigme de fin n’est pas logiquement réalisable sans l’aide du game master et que, malgré son “aide”, nous n’avons pas compris ce qu’il fallait faire.

Vous vous en serez doutés, à l’arrivée, ce chapitre interstellaire s’avère très décevant tant la qualité des énigmes est au même niveau que celle de son décor. Cet escape game sans odeur ni saveur sera tout de même l’occasion de jouer à un mini jeu développé spécialement pour cette salle et qui, à défaut d’être d’une qualité extraordinaire, restera très sympathique pour ceux qui auront la chance d’y jouer. Au-delà du thème peu original, c’est avant tout la conception de la salle qui nous a laissé sur notre faim. Nous espérons croiser la route d’une étoile filante qui, au détour d’un vœu, transformera cette salle en une aventure qualitative et divertissante.

N

Notre note ?

09/20

Nos critères

Les plus et les moins de la salle

Intuitivité : 1/5
Immersion : 3/5
Originalité : 2/5
Game Master : 0/5
Surprise : 1/5

Infos utiles

Un récap' pratique pour faciliter votre réservation

Concepteurs

Team Break

Nombre de joueurs

De 4 à 12 participants (possibilité de jouer à 3)

Prix

De 19€ à 28€ par personne

Adresse

Cnit La Defense, 2 Tunnel de Nanterre-La Défense, Paris, France

Post A Comment